Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil  Ambazac 
Guide des Sites Touristiques
Publicité

Publicité


 Achetez le dernier livre

Publicité

 

Trésors de l'Abbaye de Grandmont - Église d'Ambazac
Ambazac (87)

Informations pratiques, plan d'accès, tarifs, horaires

Ce qu'il faut savoir :

Dans l'église paroissiale Saint Antoine, se trouvent les pièces maitresses du trésor abbatial : une châsse byzantine, un reliquaire d'émaux champlevés limousins et une dalmatique de soie brodée d'or (don reçu par Saint Etienne de Muret de l'impératrice Mathilde, épouse d'Henri V d'Allemagne, en 1120). La châsse-reliquaire dite de St Etienne de Muret' : (MH 20.06.1891) Contemporaine de l'érection de la 1ère église de Grandmont, la châsse d'Ambazac devait dès son origine orner l'autel-majeur de l'abbatiale où elle est décrite avant 1591 en cet emplacement, auprès de 6 autres grandes châsses, probablement de même nature. Vers 1760, elle est déménagée avec 3 autres, dans une chapelle de la nouvelle église non encore achevée. Après la suppression de l'ordre de Grandmont, elle est donnée au curé d'Ambazac avec une relique de Saint Etienne (un tibia) et la dalmatique qui y étaient enfermés. Dissimulée dans une écurie pendant la période révolutionnaire où elle souffrit beaucou p de l'
humidité, elle fut ensuite très convoitée (par le musée de Cluny en 1832, par un antiquaire de Limoges en 1841). Puis vint une période de paix, elle était présentée au début des années 1870 dans l'église, au-dessus d'un autel en pierre blanche placé dans l'enfeu nord de la nef dont le tabernacle était muni de 2 portes en bois. Elle figura à Paris à l'exposition universelle de 1878 notamment et la châsse fut logiquement protégée au titre des objets mobiliers des Monuments historiques. Elle fut ensuite volée le 5 septembre 1907. Cet émoi ne fut pas seulement local ou national mais international car reconnu comme une véritable profanation. La châsse fut retrouvée un mois après chez un antiquaire londonien (les frères Thomas étaient les voleurs). D'où la revue musicale humoristique de 1908 As tu vu la châsse ?'. Enfermée pendant 4 ans au coffre de la société générale de Limoges, la châsse est réinstallée à l'église d'Ambazac en Août 1911 dans une niche grillagée. En 1976 le coffre-fort fut remplacé et les trésors placés dans une vitrine (dans un enfeu percé dans le mur sud de la nef). L'espace clos non aéré, vecteur d'humidité et l'éclairage très chaud des spots abîmèrent les couleurs de la soie composant la dalmatique. Ainsi fut-il décidé de les placer dans deux vitrines indépendantes des murs de l'édifice (verre blindé et bois de frêne permettant une aération naturelle et un renouvellement constant ne produisant aucune rupture hygrométrique entre l'église et l'intérieur de la vitrine. Bois non tanin, il permet également la conservation correcte du tissu. De même, l'éclairage sur minuterie a été placé à bonne distance des meubles.) La châsse et sa symbolique : Elle se présente sous l'aspect d'un édifice à 2 niveaux dont l'élévation comprend 3 transepts saillants. Corps inférieur parallélépipédique reposant sur 4 pieds et surmontée d'un 2nd étage relié au précédent par un toit à 4 versants décoré d'un motif imitant la tuile. L'ensemble est couronné d'une crête pou rvue de deux acrotères aux extrémités et d'un oiseau en son milieu. Les pignons possèdent un même décor, celui de gauche étant constitué par une porte articulée sur 2 gonds. L'émail est utilisé sur la face principale et sur le revers, pour la décoration des caissons mais sert aussi à imiter certains matériaux comme les vitraux sur les pignons des transepts latéraux. Côté face, les cabochons viennent séparer d'une manière symétrique et donner un relief à l'ensemble. Une grande partie de ces pierres a été remplacée au 19èmes. Les pièces anciennes subsistant sont formées de cristal de roche, de terre cuite, de perles, d'agates ainsi que de 3 améthystes pâles sur la face principale. Il n'y a donc, contrairement à la légende, aucune pierre précieuse subsistant sur cette châsse. La structure évoque l'image de Jérusalem céleste. La partie basse représente le tombeau contenant les reliques surmonté de l'étage céleste, lieu de séjour de l'âme du saint, dominé p ar l'image de la croix et où s e trouvent 2 anges sur les plaques de cuivre champlevé rapportées. L'oiseau dominant le tout pourrait être interprété soit comme l'âme du saint, soit comme la colombe du Saint Esprit, étape ultime de cette progression. La Dalmatique dite de Saint Etienne de Muret : (MH 20-06-1891) Comme la châsse, elle fut donnée à la paroisse d'Ambazac, sous la Révolution en 1793. Il semble que son utilisation était encore de rigueur pour les nouveaux diacres chantant leur premier évangile dans l'abbaye. Il paraîtrait que ce vêtement fut donné à Saint Etienne de Muret en 1121 par la reine impératrice Mathilde, femme de l'empereur d'Allemagne, Henri V, puis de Geoffroy Plantagenêt. Il faut attendre 1960 pour qu'une étude permette de prouver que le tissu dont est constituée la dalmatique ne pouvait être antérieur au 13èmes. Réalisée en Espagne dans la 2nde moitié du XIIIe (peut-être vers Burgos), il est possible qu'elle ait été acquise dans la péninsule ibérique par un pèlerin de Saint-Jacques-de-Com postelle qui en fit don à l'abbaye de Grandmont en hommage à Etienne, son fondateur (la reine Mathilde ne pu être la donatrice des objets anciens provenant de l'abbaye, bien qu'elle soit intervenue dans sa construction). Elle fut restaurée en 1965. Le décor de la dalmatique est fait pour être vu de loin. Ce type d'ornement austère a vraisemblablement été offert par de riches et puissants admirateurs, peut-être à titre posthume, à l'occasion du transfert de leurs ossements devenus objets de dévotion et pour honorer dignement leur mémoire. Avant que le christianisme ne l'intègre, la dalmatique a fait son apparition à Rome à la fin du IIè s. Son nom vient des habitants de la Dalmatie, province de l'actuelle Croatie. A l'origine très proche de la tunique, la dalmatique en a la forme mais se porte à l'extérieur et sans ceinture. La dalmatique est le vêtement distinctif des papes qui en accordèrent ensuite l'usage aux diacres, puis aux évêques . La religion attribue une signification symb olique à chaque élément : la forme en croix rappelle celle du calvaire, la largeur des manches est mise en relation avec les largesses de la charité et de l'aumône, l'absence de couture peut signifier l'intégrité de la foi, la présence de franges multiplie à l'infini les significations possibles (selon leur nombre, position?). Au 13èmes, avec l'élévation de l'hostie et du calice et l'usage de mettre les bras en croix, le vêtement de l'officiant devient plus ajusté avec des fentes sur les côtés. Les drapés disparaissent peu à peu pour laisser la place à des tissus plus lourds (lin) et plus chargés en motifs. La dalmatique dite de St Etienne de Muret est constituée d'une soierie bicolore, bordée au niveau de l'encolure d'un fin galon. Sa doublure est en toile écrue. La technique de tissage est celle d'un samit façonné 2 lats (lats= couleurs jaune et violette) Technique du samit : entrecroisement de fils. Le décor se compose de motif s en forme de roues violettes contenant chacun un ?a igle héraldique' jaune or. Un petit dessin répété autour de chacune des roues forme un cadre ornemental. Entre celles-ci sont intercalées des rosettes prolongées de fleurons. Le pouvoir protecteur était souvent donné aux motifs animaliers (force, puissance, majesté?).L'aigle devient la représentation du Christ. Arabesques végétales (or sur fond beige pour les panneaux centraux et or sur fond vert pour les manches). En cas de fermeture de l'église, se renseigner à dans les Offices de Tourisme du Monts du Limousin (Pôle Ambazac)


Publicité

Accès :

Accès aux personnes à mobilité réduite

Horaires :

Entrée libre

Trésors de l'Abbaye de Grandmont - Église d'Ambazac
3 avenue du général de Gaulle
87240 Ambazac
Joindre par téléphone
>0555567070

Publicité

Accueil  Ambazac 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine