Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil  Senlis 
Guide des Sites Touristiques
Publicité

Publicité


 Agrandir le plan
 

 Achetez le dernier livre

Publicité

 

Nécropole Militaire Française de Senlis
Senlis (60)

Informations pratiques, plan d'accès, tarifs, horaires

Ce qu'il faut savoir :

Actuellement en cours de rénovation.
Plus précisément appelé " La Nécropole de SENLIS ", ce site a été créé le 21 juin 1918 en tant que cimetière mixte (franco-alliés-allemands) par l'Hôpital d'Evacuation de Senlis et l'Hôpital Complémentaire n° 44. Agrandi en 1920 par le secteur d'Etat civil de Senlis, il a été érigé en cimetière national (franco-anglais) en septembre 1921.
Il regroupe les cimetières provisoires des communes d'Ognon, Gouvieux, Chantilly et Vineuil, sur une superficie de 7 235 mÂ2 et fait partie des 15 nécropoles nationales de l'Oise.

Les militaires des deux Guerres s'y côtoient, avec toutefois une grande majorité de soldats de 1914-1918 : seuls 4 soldats de la Guerre 1939-1945 y reposent. Tous méritent la mention " Mort pour la France " ou " Mort pour la Patrie " selon leurs nationalités et ont droit à la Sépulture perpétuelle, entretenue par l'Etat.
Trois nations y sont représentées :
1072 Français dont 1 victime civile,
2 Russes et 136 soldats des pays membres du Commonwealth, à deux emplacements.
Au total, 1210 corps y reposent en tombe.
La nécropole accueille également 70 soldats dans les 2 ossuaires.
1280 soldats sont ainsi inhumés dans ce lieu de mémoire.
Autant de vies perdues que les cérémonies du souvenir honorent à juste titre chaque année.
En plus de cette nécropole nationale, la ville de Senlis possède un carré militaire de " Morts pour la France " dans son cimetière municipal.

L'origine des nécropoles :
Dès de début du premier conflit mondial, débordé par le nombre de tués, de blessés dans ses rangs, l'Armée Française ne trouve pas d'autre solution pour gérer ses morts que de les inhumer sur place. Tombes individuelles éparses sur le champ de bataille et tombes collectives pouvant rassembler près de 200 corps fleurissent, alors, sous la pelle de terrassiers improvisés.

La loi du 29 décembre 1915 donne le droit à une sépulture perpétuelle entretenue aux frais de l'Etat, aux soldats " Morts pour la France " et aux alliés décédés pendant la durée de la guerre.
L'Etat est alors en quête de terrains pour regrouper les corps de ses combattants.
Une loi de juillet 1920 autorise cependant la restitution des corps aux familles qui le demandent, pour inhumation dans les caveaux familiaux ; ce fut le cas pour environ 30 % des corps identifiés, soit 250 000 hommes.
265 nécropoles situées sur le sol national regroupent 730 000 corps, identifiés ou non.
Dans les années qui suivent la fin de la Grande Guerre, le regroupement des corps se poursuit dans les nécropoles qui deviennent de vastes champs de deuil, de recueillement et de commémorations ... Les nécropoles nationales ont répondu à des impératifs de construction, davantage que d'architecture. C'est la production en série, à faible coût " industrialisée- qui a été le principe essentiel.
Une disposition-type est adoptée quel que soit le site d'implantation.
Le drapeau tricolore légitime le sacrifice des citoyens " Morts pour la France ". Des principes généraux de base régissent l'aménagement des nécropoles nationales. Elles sont généralement entourées d'un grillage ou d'un muret maçonné, doublés d'une haie vive, avec une entrée comportant des pilastres en pierre et un portail métallique à vantaux. Dans un des pilastres se trouve scellée une boîte à registres dans laquelle sont déposés un registre alphabétique contenant la liste des militaires inhumés et un cahier d'observations destinés aux visiteurs.
Les tombes sont alignées en rangée. On trouve 4 types d'emblèmes :
- croix latine,
- stèle musulmane (le nom du défunt est précédé d'une phrase en arabe " ici repose ")
- stèle israélite,
- stèle pour autre confession ou libre-penseur.

Dans certaines nécropoles existent des ossuaires, comme à Senlis, où reposent des inconnus (sans nom car non identifiables) et des soldats.
160 000 soldats des colonies ont combattu sous l'uniforme français pendant la Grande Guerre. 30 000 y ont péri.


Publicité
Nécropole Militaire Française de Senlis
Rue Yves Carlier
60451 Senlis cedex
Consultez aussi
1914-1918 : mémoires de la Première Guerre Mondiale - la Grande Guerre
1914-1918 : mémoires de la Première Guerre Mondiale - la Grande Guerre

Publicité
Booking.com

Accueil  Senlis 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine