Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil  Rhône (69) 
Guide des Sites Touristiques
Publicité

Entrée de l'Asile de Bron (doc. Centre Hospitalier Le Vinatier)
Entrée de l'Asile de Bron
(doc. Centre Hospitalier Le Vinatier)

Publicité


 Agrandir le plan
 

 Achetez le dernier livre

Publicité

 

Centre hospitalier le Vinatier
Bron (69)

Informations pratiques, plan d'accès, tarifs, horaires

Ce qu'il faut savoir :

C'est en 1868, soit trente ans après la fameuse loi d'assistance aux aliénés de 1838 (chaque département est tenu d'avoir un établissement public, spécialement destiné à recevoir et soigner les aliénés), que le Conseil général du Rhône décide la création de l'Asile d'aliénés de Bron, destiné à recevoir les malades mentaux jusque-là placés à l'Antiquaille. Cent hectares de terrain sont progressivement acquis pour la construction de l'asile, en périphérie de la ville et de la société.
L'architecte départemental Antonin Louvier, par ailleurs concepteur de la Préfecture du Rhône, de la prison Saint-Paul et d'écoles primaires, est chargé du projet. Il s'inspire des thèses d'Esquirol, selon lesquelles l'asile a pour but de rassembler, d'isoler, de protéger et de traiter les aliénés. Proche de celles d'autres asiles, notamment de Ville-Evrard en région parisienne et de Saint-Egrève en Isère, la construction de l'asile se veut pavillonnaire. La chapelle marque la séparation des quartiers hommes (au sud) et femmes (au nord). Pour chaque sexe sont prévus neuf ? quartiers de classement ?, attribués aux différentes catégories de malades : tranquilles et semi-tranquilles, épileptiques, agités? Au delà des bâtiments habités, s'étendent les terres cultivées, la ferme des hommes, la ferme des femmes, les ateliers, granges et porcherie, où peuvent travailler certains malades. L'asile pourra ainsi développer une intense activité agricole et vivre en autarcie.
L'établissement ouvre ses portes en 1876, et devient en 1937 l'Hôpital psychiatrique départemental du Vinatier. Conçu au départ pour 600 aliénés, des agrandissements s'avèrent rapidement nécessaires. La question de la surpopulation perdure jusque dans la deuxième moitié du XXe siècle, où la prise en charge de la maladie mentale est géographiquement sectorisée et partagée avec les autres établissements (Saint-Jean de Dieu, Saint Cyr au Mont d'Or), et où des structures de type dispensaires voient le jour extra muros. Modernisé en grande partie depuis les années cinquante, le Vinatier conserve des traces de son passé asilaire et champêtre, à travers les bâtiments anciens réhabilités, l'organisation spatiale et architecturale des différents pavillons, et divers éléments qui témoignent du fonctionnement de l'asile. Ce patrimoine de l'hôpital permet de concevoir aujourd'hui encore l'assistance aux malades mentaux telle qu'elle était pensée au XIXe siècle, système utopique qui a pré valu à la construction d'une série d'établissements en France.
La démarche patrimoniale du Vinatier repose sur deux univers d'exploration complémentaires : le patrimoine tangible (objets, documents, images) et la mémoire vivante. Elle s'est construite comme une mosaïque en articulant concrètement la réhabilitation de la ferme, l'organisation d'une exposition avec la participation d'un conseil scientifique, la mise en oeuvre d'une recherche en sciences sociales, l'inventaire du patrimoine, le recueil de la mémoire vivante grâce à des entretiens et un travail de groupe, mais aussi des actions de médiation culturelle en lien avec le Projet d'urbanisme et de paysage de l'établissement. Ce travail est coordonné par la Ferme du Vinatier, service culturel du CH Le Vinatier.
Cette démarche patrimoniale vise à symboliser sans fard l'histoire de notre approche de la folie. Car le patrimoine du Vinatier, c'est un ensemble de bâtiments qui sont la traduction architecturale et urbanistique d'une certaine conception du soin. Mais c'est aussi l'histoire de l'hôpital psychiatrique et de notre regard sur celui-ci. Le Centre hospitalier nous ouvre ses portes et nous invite par là à ne plus faire de détours pour l'éviter et marcher droit devant pour le visiter. Il s'agit d'affirmer que l'hôpital psychiatrique est aussi patrimoine et notre patrimoine à tous.

4 photos pour Centre hospitalier le Vinatier

Entrée de l'Asile de Bron
Entrée de l'Asile de Bron
(doc. Centre Hospitalier Le Vinatier)
Centre hospitalier le Vinatier
Centre hospitalier le Vinatier
(doc. Centre Hospitalier Le Vinatier)
Asile de Bron
Asile de Bron
(doc. Centre Hospitalier Le Vinatier)
Buanderie
Buanderie
(doc. Centre Hospitalier Le Vinatier)

Publicité

Horaires :

Accessible au public uniquement dans le cadre des Journées du Patrimoine

Joindre par téléphone
Centre hospitalier le Vinatier
95 boulevard Pinel
69500 Bron
Consulter le site Internet

Publicité
Booking.com

Accueil  Rhône (69) 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine